Urbanisme

Forêts

Bourbonne les Bains possède l'immense privilège de se trouver dans l'une des régions les plus boisées de France. Son territoire communal est lui-même recouvert à 50 % par des forêts, soit 2500 hectares de surface boisée. La forêt communale représente 1260 hectares dont le Parc animalier de la Bannie avec un aménagement propre au tourisme comme les sentiers balisés et les 5 aires de pique-nique.

C'est l'Office National des Forêts (ONF) qui gère la forêt communale et le parc animalier de la Bannie dans sa partie forestière. L'arboretum de Montmorency quant à lui est indépendant de l'ONF.

Située à 50 km à l’Est de Langres, l’ensemble de la forêt se présente comme une cuvette au centre de laquelle se trouve la ville de Bourbonne les Bains, bordée à l’ouest par un vaste cirque en forme d’arc de cercle. Ce plateau est érodé vers l’est par les ruisseaux du Val de Borne, du pré Jean Pinat et de Vaumartin, affluents de la rivière de l’Apance qui se jette elle-même dans la Saône. La vallée et les versants du plateau sont essentiellement orientés vers l’Est, c’est là que se trouve l’essentiel de la forêt communale de Bourbonne les Bains d'une altitude moyenne de 345 m.

Situation

Altitude

Surface boisée/totalité forêt

plateau

entre 440 et 400 m

28%

pentes

entre 400 et 345 m

25%

plaine

entre 345 et 275 m

47%



Voir les cartes de la forêt : plan de situation, forêt communale de Bourbonne les Bains Voir
plan de situation, forêt domaniale de Villars Saint Marcellin Voir
plan général Voir
carte des vocations Voir
carte du réseau routier Voir
carte des aménagements touristiques Voir

La forêt a différents rôles :
- la production : la forêt produit du bois d’œuvre et de chauffage
- l'accueil : la forêt est composée de circuits de randonnées, d'aires de pique-nique et de repos
- le paysage : la forêt est implantée en amphithéâtre autour de la ville
- la protection : la forêt préserve de nombreux points d’eau et des sources
- la cynégétique : la forêt permet la chasse du chevreuil, du sanglier, du cerf. La chasse se pratique à tir et en battue avec des chiens en règle générale et depuis peu l’adjudicataire pratique la chasse à l’approche. Elle est soumise à l’application d’un plan de chasse pour le chevreuil.

La forêt se différencie par divers paysages forestiers :
- les panoramas, les parties du massif vues de l’extérieur
- les routes traversant le massif forestier
- les promenades pédestres sur des sentiers prévus à cet effet dans le massif
- le parc animalier

Les essences forestières se répartissent ainsi (en 1998) :

Essence

Surface

Volume

Chêne

655 ha

57 %

Hêtre

214 ha

19 %

Frêne

76 ha

5 %

Tilleul

113 ha

7 %

Autres feuillus (charme, merisier, alisier, feuillus tendres)

151 ha

10 %

Résineux

50,57 ha

2 %


La formation la plus répandue est la hêtraie-chênaie-charmaie, caractéristique du climat régional.

La faune est composée de diverses espèces :
Les espèces remarquables :
- la belette, l'hermine, la martre, le blaireau, l'écureuil roux, le chat sauvage pour les mammifères
- la couleuvre à collier, la salamandre tachetée, le crapaud commun, le sonneur à ventre jaune pour les reptiles et amphibiens
Les autres espèces :
le chevreuil, le sanglier, le cerf, le lièvre, la bécasse, le pigeon ramier, le renard, les oiseaux (passereaux, rapaces diurnes et nocturnes, pics).

Malgré la présence d’un biotope favorable : points d’eau en quantité suffisante toute l’année, nourriture abondante, malgré l’appartenance à un vaste massif s’étendant sur plusieurs milliers d’hectares, malgré environ 7 hectares de culture à gibier, celui-ci est peu abondant.

La certification de la forêt :
La forêt de Bourbonne les Bains est certifiée par la PEFC (Pan European Forest Certification) qui est une certification dont le but est de garantir aux utilisateurs et aux consommateurs que les produits ou les services dont ils sont acquéreurs sont conformes à une série de règles ou de normes fixées préalablement.
www.pefc-france.org

La charte du promeneur en forêt :
Le promeneur en forêt doit respecter au maximum la nature lors de son passage.
www.onf.fr/foret/charte/charte.htm

Les risques possibles :
- Les incendies peuvent se développer, dans notre région, pendant les grandes périodes de sécheresse et surtout au mois de mars où le « hale », vent du Nord déssèchant se lève.
- Les tempêtes sont parfois destructrices : renversement de certains arbres

L'aspect phytosanitaire :
La santé des végétaux est quelque chose que l'on subit, il est difficile d'intervenir réellement dans ce processus, c’est la gestion continue qui fait que l’on lutte contre les agressions. Avoir des essences adaptées à la région d’origine joue un grand rôle dans ce cas.